Auteur/autrice : Myriam Duc

La Suisse à VTT étapes 7 & 8

Jeudi 18 mai 2017, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, consultation de cardiologie

Ce matin, j’ai rendez-vous avec mon cardiologue pour un contrôle du cœur. J’ai toujours un léger stress au moment de l’échocardiographie, quand il regarde mon cœur à l’aide d’une sonde. Je me rappelle de mon retour en urgences au bloc opératoire après ma première opération et j’ai une petite appréhension qu’il découvre quelque chose qui ne va pas.

Lire la suite

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. Jacques Brel

La Suisse à VTT: étapes 5 et 6

Jeudi 4 mai 2017: Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, consultation de chirurgie de la main

Le but de ce périple est de vivre une aventure incroyable mais aussi d’attirer le regard de la population sur les maladies invisibles et les préjugés que l’on peut avoir à propos de la maladie et du handicap. C’est pourquoi je partage les bons comme les mauvais moments, et si mes aventures de folie sont possibles, c’est aussi grâce à toute l’équipe médicale qui est derrière !

Lire la suite

La Suisse à VTT: étapes 1 et 2

Dimanche 23 avril 2017. 90 kilomères, 2200 mètres de dénivelé positif

Réveil à 5h du matin après une nuit agitée dans un mélange de doute et d’excitation… le matériel est prêt: une tente, un sac de couchage, un matelas de sol, un t-shirt de rechange, une couverture de survie, le téléphone, un slip, la frontale, mes feuilles de cours (eh oui, pas question de laisser tomber ma formation), la nourriture et de l’eau. J’enfourche mon vélo dans la fraîcheur du matin et je rejoins la gare, deux villages plus loin. C’est parti pour Bâle!

Lire la suite

Malade, heureuse et sportive: la Suisse à VTT

Toi, malade?! A d’autres, on ne me la fait pas celle-la!

 

Malade, heureuse et sportive“: Voici mon slogan pour mon nouveau défi  sportif. Le but? Sensibiliser la population aux maladies orphelines, invisibles, à la notion de handicap. Faire tomber les préjugés, un par un. Ma maladie n’est pas ma vie. Elle en fait partie mais elle ne me définit pas. Comme tout un chacun, je vis mes rêves, mes passions, je croque la vie à pleines dents!

Lire la suite

Le regard des autres… après plus de 100 points de suture

Je me rappelle de cet été durant lequel, sans plus penser à la cicatrice qui traverse ma poitrine, j’ai pris un bikini au lieu du maillot une pièce pour aller nager . J’avais l’habitude de cacher ce trait rouge qui me scinde en deux, le protégeant du soleil et des regards. 

Lire la suite

Christmas Midnight Run. Récit d’une victoire sur la maladie

10 décembre 2016. Christmas Midnight Run. 7,2 kilomètres. 250m D+

 

Environ deux mois après ma deuxième hospitalisation en cardiologie, je compte pour tout entraînement une dizaine de footings de 30 minutes, quatre sorties VTT de 1 heure et une sortie montagne en rando-course… Ce n’est pas grand chose.

Lire la suite

Opérations: 3 mois après la sortie de l’hôpital, la peur au ventre

Dans ma tête, en sortant de la clinique après mes 45 jours hospitalisée, je me disais que voilà, le plus dur était derrière moi pour un bon moment. Mon cardiologue m’a rapidement redescendu sur Terre: “Je sais que tu es optimiste, mais reste consciente que ce n’est pas fini et que ton cœur n’est pas encore guéri.” Cela ne m’a pas empêchée dès mon retour chez moi de profiter à fond de la vie, de vivre  chaque instant à 200%, sachant que ce temps serait limité.

Lire la suite

Nouvelles de ma vie «normale»…

Voilà, ça fait déjà deux semaines que je suis sortie de la clinique! Les deux premiers jours étaient bizarres et j’avais l’impression de redécouvrir mon environnement. J’avais la sensation de revenir d’un lointain voyage de plusieurs années, tout me semblait nouveau, différent.

Très vite j’ai repris mes marques et je me suis confrontée à mes nouvelles limites. J’ai parcouru d’un pas lent et l’oeil sur le cardiofréquencemètre les sentiers tout en me souvenant du plaisir que j’avais à les dévaler en courant.

J’ai repris avec énormément de plaisir mon job aussi, quoiqu’un peu déboussolée au tout début.

Et finalement, même si me rendre compte du fossé qui sépare ma forme avant l’opération à celle actuelle est douloureux, je trouve que j’ai déjà une chance incroyable de pouvoir nager, marcher, travailler…

Aujourd’hui, j’ai eu rendez-vous avec mon cardiologue. Quand je suis arrivée au chuv ça m’a rappelé tellement de souvenirs, de frustrations, de douleurs, de rires… et je me suis rendue compte à quel point ce que j’avais vécu m’a changée.

Tout va bien,  mais il m’a rappelé de ne pas trop me rejouir car rien n’est gagné et tôt ou tard il faudra m’opérer à nouveau. Vous ne pouvez pas deviner à quel point c’est dur de savoir cela. Je ne veux même pas m’imaginer. Je voudrais juste arrêter d’être confrontée à des idées de mort et de douleurs. Je voudrais simplement pouvoir m’envoler en courant dans les montagnes, insousciante.

Plus rien ne sera jamais comme avant car je suis plus consciente que jamais de l’impermanence des choses et de la vie. Quand je vais dehors tout est plus beau, les petites choses comme pouvoir se lever, marcher, sont plus précieuses qu’elles ne l’ont jamais été. Le matin je me réveille avec une seule idée en tête: profitez de chaque instant où je vais bien, écouter mes rêves.

Vivre. Intensément.

YOLO

Etape 19: Suite… et fin

On est un dimanche, j’ai la permission de sortir l’après-midi de la clinique et je vais me promener avec une amie dans la forêt au pied du Jura.

Lire la suite

Etape 17: transferts

L’infirmière qui s’occupe de moi vient et me dit qu’on va me transférer en chambre cet après-midi, soit 24h plus tôt que l’indication du médecin.

Lire la suite

Étape 16: réveil et soins continus

J’ouvre les yeux la gorge sèche, une douleur assez forte dans le milieu du dos. Je suis en salle de réveil et je remarque des papillons dessinés au plafond. La douleur est moins pire qu’après la première opération et reste gérable. Ouf!

Lire la suite

Etape 15: quand la vie dépend d’un caca

Les anesthésistes sont drôles et très sympa. Je me sens tout de suite très à l’aise, on fait plein de blagues, on rigole comme des gamins. J’ai de la chance de toujours tomber sur de gens incroyables.

L’un d’eux me parle des risques:

L’opération sera plus risquée que la première.

Lire la suite

Etape 14: départ du chuv et… retour en ambulance

Voilà, c’est le grand jour, je quitte enfin l’hôpital pour aller à la maison de rééducation cardiaque où j’y resterai trois semaines! Je suis surexcitée, mais aussi émue de dire au revoir à toute l’équipe soignante qui m’a vu évoluer durant ces 19 jours au 16ème étage du chuv. Ils étaient là pour me soutenir lors des coups de moins bien, là pour fêter les petites victoires, là pour les énormes blagues, les parties de Uno, les fous rires, mais qu’est-ce qu’on a rigolé quand même!

Lire la suite

Etape 13: enfermement et libération

L’infirmière me raccompagne au lit, va chercher le docteur. J’ai un nouvel électrocardiogramme mais le cœur s’est calmé. On me pose un appareil qui prend en direct la fréquence de mon cœur et lance une alerte au bureau si le rythme est irrégulier ou trop rapide. Journée complète alitée, pas le droit de marcher, j’ai des nouveaux médicaments à prendre pour que mon cœur se calme. A peine je me brosse les cheveux ou je vais aux toilettes que les infirmiers arrivent en courant voir si je fais un malaise car la machine indique que je fais des tachycardies (le cœur qui bat trop vite). Je rage, j’en ai marre. Le lendemain c’est idem. J’en peux plus et les douleurs au dos redeviennent intenses, je recommence à prendre des morphiniques pour tenter de les calmer tant bien que mal. Je n’en peux plus. J’ai l’impression d’être en prison.

Lire la suite

Étape 12: complications

Le Dr. Prêtre m’a permis de sortir dimanche après-midi. Je me réjouiiiiiiiis!!!

Je ne peux pas encore marcher plus que quelques minutes donc au programme, c’est une après-midi film chez des amis. Je trépigne d’impatience à l’idée de pouvoir faire une première vraie sortie.

Lire la suite

Made with Love - Copyright © 2015-2021 Myriam