La Suisse à VTT

La Suisse à VTT étapes 9 & 10

Dimanche 2 mai 2017: 50 kilomètres, 1300m D+

Une semaine après mon retour de Madagascar, j’enfourche à nouveau mon vélo pour la suite de l’aventure. Ma motivation est restée intacte, mais mes muscles accusent quelque peu les vacances et je sens que j’ai perdu une partie de ma condition physique sur l’Ile Rouge, où l’unique règle respectée est le “mora mora” (doucement, doucement).

Je rejoins l’itinéraire en train jusqu’à Schwyz, et je reprends le sentier en direction de Sarnen. Mon téléphone vibre… bizarre, il est pourtant hors connexion (en montagne, je l’utilise uniquement pour faire les photos et en cas d’urgences de santé).

“Rendez-vous demain 8h30”

Zut alors, ça m’avait complètement échappé… J’avais pourtant tout préparé pour deux jours à VTT. Je décide de raccourcir l’étape, rentrer chez moi (qui est à 3h30 en transports publics) et pour le lendemain, on verra sur le tas.

Il pleut des cordes, mais je commence à m’y faire et à renoncer à tout espoir de pouvoir faire une seule étape dans de bonnes conditions métérologiques.

La première montée grimpe sèchement au Götterli. Sur 5km, le chemin s’élève de 1000m. Je suis néanmoins étonnée de voir que mon corps répond bien et je me retrouve assez vite au sommet du col. J’ai toujours rêvé de voir le lac des quatre cantons du haut des sommets attenants mais ce ne sera pas pour aujourd’hui! Je ne vois pas plus loin qu’à quelques centaines de mètres. L’eau du déluge traverse le membrane Gore-Tex de ma veste et je suis prise de spasmes, le froid s’infiltrant dans chaque cellule de mon corps, tordant mon estomac comme un chiffon que l’on essore, la boue obstruant mon champ de vision. Je tente de regarder entre deux taches brunes de mes lunettes pour suivre la trajectoire du sentier.

J’adore ces sensations, d’une part entre le froid qui s’immisce dans mon corps, menaçant de me briser, mes muscles qui se tétanisent, et d’autre part mon mental qui reste intact et savoure le goût de l’effort, de l’aventure. Je me sens minuscule au milieu de ces gigantesques montagnes, sous les nuages noirs et le vent qui menace de me mettre à terre, la peau couverte d’un mélange de sueur et de pluie.

Je me sens libre, j’ai la rage quand je repense à tous les moments passés à l’hôpital, toutes ces heures passées à patienter, toutes ces journées où je suis restée couchée. Je me sens tellement mieux ici, au milieu de la nature déchaînée qu’enfermée entre quatre murs blancs. Je suis infiniment en vie et un bonheur immense exalte de mon corps boueux et trempé, qui savoure le simple fait de pouvoir ressentir l’air pur, la pluie et le vent.

L’itinéraire traverse le lac des quatre cantons et mon vélo et moi embarquons à bord d’un bateau, en direction de la rive opposée. Les derniers kilomètres de l’itinéraire sont à plat. Je gèle, les lèvres bleues depuis plusieurs heures, les mains et les pieds blancs, devenus de simple bouts de bois, les muscles pris de spasmes incontrôlables et violents.

Arrivée à Sarnen, je bois quatre thés d’affilé avant de prendre le train pour rentrer chez moi. Je suis encore grelottante quatre heures plus tard, quand je peux enfin me glisser sous la douche et me réchauffer.

 

Lundi 3 juillet 2017, 80 kilomètres, 2300mD+

Après mon rendez-vous (rien de spécial, plein de papiers administratifs à faire ), la matinée est déjà bien avancée et je décide donc de faire la dernière partie de l’itinéraire “Panorama bike”, qui passe à deux pas de chez moi.

Je pars de Charmey. Il fait BEAU; ça mérite d’être mentionné en majuscules, tellement cela a été rare depuis le début de mon défi. Je retrouve avec un plaisir certain les montagnes où j’ai l’habitude de m’entraîner et le paysage magnifique de la Gruyère. Mes muscles se sont bien remis de la journée précédente qui était épique mais courte et seul le ventre tiraille encore en sourdine.

Une jolie montée bucolique au milieu des vaches et des vertes prairies de montagne fleuries me mène à Moléson-Village. Je me dirige ensuite sous le Teysachaux. Je redescends un peu trop et un bûcheron fort sympathique m’aiguille sur ma carte pour que je puisse retrouver l’itinéraire un peu plus loin. Quatre cyclistes m’accompagnent et cela me donne un regain d’énergie pour mes muscles qui commencent à accuser la fatigue et mon mental qui n’apprécie guère quand je me perds et que je rallonge malgré moi le chemin. On pédale ensemble jusqu’aux Paccots où ils resteront dormir. De mon côté, je n’ai fait que la moitié de mon étape et j’attaque une nouvelle montée en direction du col de Soladier. Arrivée au milieu de la montée, le chemin s’arrête et laisse place à un pâturage de vache sur une forte pente boueuse à souhait. Je galère à chaque pas, glissant en arrière, enfoncée jusqu’aux mollets et tentant tant bien que mal de retenir le vélo que je pousse (ou soulève à chaque pas) à mes côtés et qui menace de redescendre la pente sans moi. Il est dans un tel état de mélange de m**** de vache et de boue, que je ne m’avise pas à le porter sur mon dos sachant que le retour se fait en train avec les mêmes habits 😉

Après un ultime effort j’arrive sur le col ou une dizaine de jeunes vaches viennent en courant vers moi. Je crains quelques instants qu’elles ne me chargent mais elles forment un demi-cercle autour de moi, nettoyant mes habits et mon vélo de leur grande langue râpeuse, toutes curieuses de me rencontrer et quémandant des gratouilles à souhait.

Je quitte ce comité chaleureux pour entamer la magnifique et dernière descente de la journée sur Montreux, entre les montagnes et le lac Léman pour toile de fond. Mes muscles ont étonnamment bien supportés l’étape de la journée, malgré un petit coup de mou à mi-chemin et je retrouve ma maison des étoiles plein les yeux.

 

Made with Love - Copyright © 2015-2021 Myriam