Traversée de la Suisse

Réflexions après la Via Alpina

 Tu sais, je pense que même toi tu as besoin de ne pas sortir de tous les sentiers battus, d’avoir une stabilité à quelque part.

Ces mots, c’est Diego qui me les dit, au milieu de magnifiques montagnes, en montant un col. Ils me resteront dans la tête tout au long du chemin.

Lire la suite

Une surprise à l’arrivée

Diego et Florent ont préparé l’arrivé de Myriam, rassemblé ses proches. Avec l’équipe d’Attalens, on a préparé le barbecue. Laure est venu pour offrir un massage sur la ligne d’arrivée. Notre petite équipe de tournage présente, je vous partage quelques images prises par Justine sur la ligne d’arrivée.

 

11 août: col de Jaman – Attalens

Départ du col de Jaman où j’ai passé la nuit sous tente pour rejoindre Attalens et la ferme où je monte à cheval. Blandine, Julien et Pipa m’accompagnent pour cette journée magnifique. Au programme, env. 25 kilomètres donc une petite journée. C’est sous un soleil éblouissant qu’on court. Au début on se perd un peu on prend des passages très techniques (sauf pour Pipa qui a l’air très à l’aise) pour rejoindre le bon chemin. A Châtel-St-Denis surprise! Adrienne (la propriétaire des chevaux) arrive à cheval! On fait alors le dernier bout ensemble, et c’est l’occasion pour Blandine de découvrir l’équitation.

A la ferme, on reçoit un accueil de rois. Adrienne me prépare une petite potion d’herbes pour mon tendon d’Achille qui est toujours bien gonflé.

10 août- Etivaz-Rochers de Naye-col de Jaman

Départ de l’Etivaz avec quelques bonnes grimpettes au programme. Flo, les jambes encore douloureuses de Sierre-Zinal me rejoindra en partant du Rocher de Naye et en faisant le chemin en sens inverse.

Il fait grand beau, j’ai les jambes en bonne forme. Je me perds quelques fois dans les prés et c’est assez technique ces descentes dans les prés couverts de trous de vache. Après quelques figures acrobatiques je reçois un sms de Flo: il arrive, on fera la montée ensemble. Le réseau est quasi inexistant et je lui écris que c est tout bon, j’arrive tout soudain au pied de la montagne. Je ne le vois pas, je n’ai pas de réseau et j’entame ma grimpette. Ça monte droit en haut, la pente est tellement raide que je m’aide beaucoup des mains. 5 minutes, 10 minutes , 30 minutes, toujours rien,pas de Flo ni de réseau. J’arrive finalement en haut et l’appelle. Il a déjà parcouru une dizaine de kilomètres, oups on s’est loupé…

Le temps qu’il revienne et on se rend compte que je suis montée par le mauvais chemin. Oups… je m’en veux un peu de lui avoir fait courir autant juste après Sierre Zinal.

Flo rentre chez lui un peu dépité et Samuel me rejoint avec la tante pour la nuit. On va ensuite ensemble au col de Jaman. Il me montre comment installer la tante et je le retrouverai demain à Attalens.

Bonne nuit!

20150810_182239 20150810_193341

De Lenk à L’Etivaz

Une journée dans la boue et le brouillard ! Pourtant parfois, le voile se lève pour laisser paraître des paysages incroyables.

Les journées brouillard, contrairement à ce que l’on pense, peuvent être magique, comme à la sortie d’un songe. C’est aussi un passage particulier, puisque Myriam est passée de Suisse allemande à la Suisse romande. Sur le site web officiel de la Via Alpina suisse, ils disent : Sentier d’altitude à la belle vue, par l’auberge «Berghaus Eggli» et la région calcaire de Wilde Bode jusqu’à la frontière linguistique du col de Jable. Nombreuses cabanes d’alpage avec grands toits de bardeaux et fabrication de fromage au-dessus d’Etivaz.

Une chose est sûre… il a fallu mettre les pieds dans la boue!

20150809_153324 20150809_153802 20150809_15402820150809_082058-1

De Oschinensee à Lenk

Après une nuit d’un orage magistrale, le temps est revenu à son plus beau soleil et ses températures estivales. Un déjeuner copieux devant le Lac de Oschinensee et Myriam part avec Julien Danglot (venue en vacances depuis Cahors dans le sud de la France) sur Kandersteg. Une belle descente avant de rejoindre Céline Horner. C’est ainsi que tout trois se sont élancés vers de nouveaux Cols et rejoindre Lenk en fin de journée.

Le voyage de Myriam, c’est surtout une manière d’arpenter les montagnes mais aussi pour aller au fond d’elle-même. Ce soir à Lenk, elle m’envoie cette citation en me disant : “Cela résume bien mes derniers jours.”

C’est impossible, dit la fierté
C’est risqué, dit l’expérience
C’est sans issue, dit la Raison
Essayons, murmure le Coeur
Wiliam Arthur Ward

IMG_20160507_130315 20150808_145939 20150808_111036 20150808_111022 20150808_111007

De Lauterbrunnen à Oschinensee

20150807_152927

Deux grands cols en une seule journée !

Reprise à fond les ballons pour cette 8ème journée. En compagnie de Diego parti la rejoindre sur le parcours de la journée. Cette journée a compté deux grands cols, le premier à  2612 mètres et le second à 2834 mètres à la cabane de Blümlisalp. En avance sur le programme de la journée, Diego a accompagné Myriam dans une bonne partie de la montée sur Blümlisalp avant de repartir prendre le bus à Griesalp.

Un accueil particulier à l’Oschinensee

Après le Blümlisalp, il était temps de resdescendre à nouveau. Cette journée de vendredi a compté pas moins de 33km pour pas moins de 3300 mètres de dénivelés positifs. Un retour en force de Myriam et de sa bonne humeur! Arrivée particulière à l’Oschinensee, puisque quelques amis d’Attalens sont venus la rejoindre pour un barbecue au bord du Lac.

1462621785893-1920956515 20150807_154342 20150807_153011 20150807_152932 1462621660640-831846291 1462621733126-907118549

De Grindelwald à Lauterbrunnen

Hier, pour des questions de logistique (les hôtels changent leur prix très rapidement en haute saison, à plus de 250 chf pour Schwarzwaldalp), j’ai dû demandé à Myriam de prendre le train entre Meiringen et Grindelwald. Décision difficile puisque tourmenté avec une précédente journée où son genou et le moral ont été mis à rude épreuve, il n’en aura fallu de peu pour décevoir Myriam. Elle qui cherchait dans cette aventure a aller au bout de elle-même, aller dans sa zone de non-confort.

Pourtant, le trajet avec Florent et quelques caramels ont eu raison de ce gros bas pour remonter la pente et repartir le lendemain plus en forme que jamais via la Kleine Scheidegg avec Diego! Voici les photos!

 

Entre Engelberg et Meirigen

Il est des jours où tout se transforme, intérieurement dabord. Cette journée est à marquer d’une nouvelle pierre puisque c’est aussi l’étape de cette Via Alpina où Myriam a arpenté seule la montée sur le Jochpass. Mais pas seulement car depuis là où je me tiens, je vois défiler des paysages par les images de Myriam, Diego et Florent. Cela me laisse souvent rêver de ces hauteurs, des ces paysages qu’on ne connaît, pour la plupart, pas encore. La Suisse allemande, au-delà de la barrière des mots, est certainement le coeur même de la Suisse telle que l’on imagine au-delà de nos frontières.

Ce soir, c’est avec émotion particulière que je vous partage les quelques images qui me sont parvenues de cette journée. Une première partie de la journée en solitaire puis les retrouvailles avec Florent qui la rejoint cette après-midi à Planplatten. Tous ces noms ne vous parlent pas ? Alors je n’ai qu’une seule recommandation à vous faire… oubliez les longs voyages en avion, loin, trop loin d’ici et prenez simplement un sac à dos et un billet pour le monde juste à côté de votre portes. Vous ne pouvez pas le regretter, c’est si beau, si sauvage, si dépaysant.

Myriam disait ce soir :

Aujourd hui, une dure journée pour mes jambes fatiguées. Les paysages étaient magnifiques comme toujours mais la douleur était bien présente avec son lot de doutes et de remises en question. L’endroit où je devais dormir ne jouait finalement pas et le nouvel hôtel portait à 60km au lieu de 40 la distance du jour. C’est difficilement que j’ai pris la décision de faire les 23 derniers kilomètres en train, mes genoux étant fatigués et le voyage loin d’être fini. Heureusement les retrouvailles avec Flo m’ont motivé. Avec son paquet de caramels et ses massages, la journée s’achève le sourire aux lèvres. Un énorme merci à lui (les jurassiens sont les meilleurs du monde) et demain Diego prend le relais, me réjouis!

 

De Spiringen à Engelberg

Ce soir en arrivant à Endelberg, Myriam a reçu la pluie ou plutôt une averse de 12 (comme on dirait en valais). En effet, à quelques centaines de mètres avant Engelberg, la pluie s’est mise à tomber. Myriam a alors trouvé refuge avant de me contacter : “Sam, je suis sous un arbre, c’est le déluge ici !”.

De mon côté, j’étais soulagé, j’étais heureux, d’apprendre que cette nouvelle journée se termine bien. Il y a deux jours, un orage était annoncé le matin et hier, il devait tomber à 14h00. Finalement aujourd’hui, c’était seulement 17h00. Comment vous expliquer ce qu’est un orage en montagne à des kilomètres de tout refuge ?

Et c’est sur ces quelques mots, que je vous laisse lire les mots de Myriam, trempée et heureuse :

Aujourd’hui, première journée seule. Dès tôt le matin il fait chaud et lourd. La montée depuis altdorf est compliquée par la chaleur étouffante et le soleil qui tape. Je veille à économiser au maximum mon énergie, le périple est loin d’être fini! La chaleur, la solitude et l’effort me mènent vers un autre voyage, intérieur celui-là. D’abord mes pensées bouillonnaient, pleines de questions, de peurs, de doutes. Mais petit à petit mon esprit s’apaisait, bercé par les magnifiques paysages. J’ai vraiment un grand respect pour la montagne, toute petite au milieu de ses étendues. Mes muscles commencent à me tirailler et je prend les descentes tranquillement, heureusement le tendon va bien mieux! Un déluge m’accompagne pour les derniers kilomètres et c’est fatiguée mais heureuse que j’arrive au terme de cette étape. Demain sera la plus grosse étape, Flo me rejoindra en cours de route. Je profite de cette soirée pour réanimer mes muscles ;-).

 

De Braunwald à Spiringen

Cette nuit, Florent a rejoint Myriam sur la pointe des pieds. Son arrivée prévue à 22h et un train bloqué à Zurich auront suffi à Myriam et Maud pour s endormir. Comme quoi il a échappé de peu aux taquineries de notre cher Myriam !

Bref, ce matin 6h14, le duo Myriam et Florent regardait le magnifique levé de soleil avant de repartir sur leur objectif de la journée, Spiringen.

Une journée magique

Voilà les mots de Myriam en arrivant cette après-midi à Spiringen. Le soleil a accompagné Myriam et Florent tout le long de la journée.
Selon Florent, Myriam tient une forme olympique tout en la modérant sur les montées et descentes afin de la préserver de toutes blessures maladroites. De plus, le talon a mieux amorti les frottements du soulier avec du tap et les protections remises le jour précédent à Florent.

Aujourd’hui c’est aussi l’aide de Stéphanie pour la réservation de l’auberge qui a été d’une grande aide. Mon allemand très limité et le suisse allemand très marqué des hôtes de Myriam étaient pas évidents à comprendre. Qui plus, ils ont spécialement cuisiné pour Myriam (la cuisine étant fermée au mois d’août).

Ce soir c’est aussi moins de photos car pas de wifi et de réseaux. On ne peut que souhaiter à Myriam de reprendre demain matin la route, en pensée :-).
Myriam écrivait à 14h26 :

Super accueil à l’hôtel après une journée magnifique comme les précédentes!!! Le soleil nous a fait cadeau de sa présence et Flo et moi avons vécu une journée magique! Je le retrouve mercredi vers midi, demain je serai seule et ce sera l’occasion de vivre mon voyage différemment. Il commence à faire chaud, l’hydratation sera un point clé pour passer le mieux possible les prochaines étapes. Mon tendon va mieux et je suis toujours en forme, me réjouis des journées à venir!!! Les paysages sont incroyables et j’ai énormément de plaisir! Un grand merci à toute l’équipe qui me suit!

11

20150803_061208 20150803_201859_Richtone(HDR)

 

Merci du fond du coeur à l’auberge de St-Anton

Il y a quelques années, j’avais également été reçus par le couple qui tiennent l’Auberge de St-Anton. Deux personnes hauts en couleurs et chaleureux. Lorsque Stéphanie m’a aidé à les contacter par téléphone, nous avons pu réserver une chambre. Seulement le restaurant était fermé. Il fallait donc que Myriam se rende plus loin pour manger le soir. Et vous savez quoi ? Ils ont tout simplement ré-ouvert la cuisine pour concocter un bon repas à Myriam. Le plus simple des gestes qui semble anodin et pourtant…

Je tiens à remercier les hôtes de Myriam et à mettre en avant que souvent encore, les bonnes adresses ne se trouvent pas toujours sur internet !!!

Donc si vous souhaitez un jour passer par chez eux, il faudra téléphoner et en allemand s’il-vous-plaît (merci à Stéphanie pour le coup de main) :

Gasthaus St. Anton
St. Anton
6464 Spiringen
Tel. +41 (0)41 879 11 41

20150804_065558

De Elm à Braunwald

Myriam et Diego sont partis ce matin de Elm avec encore du brouillard et de la pluie. Une belle montée jusqu’au Richetlipass à 2261 mètres. Depuis là, quelques éclaircis sont apparus, rendant le décor féérique.

Dans la descente, perdant un peu le parcours de la Via Alpina, ils sont tombés sur une annonce impossible à manquer : la tarte à la fraise fait maison ! A voir le sourire de Myriam, on se doute bien que la tarte est bien passée … Et c’est sur cette pause bien méritée que Diego retourne à la maison pour quelques jours. Myriam disait :

Une nouvelle journée magnifique, en forme et de bonne humeur !!! Maud nous rejoint ce soir (trop coooool) et Florent remplace Diego le champion toute catégorie: champion de trail, de bonne humeur, de bienveillance, sherpa, et coach! Mon tendon est toujours douloureux mais il ne m’empêche pas d’avoir enormement de plaisir!!!

Ce soir, Myriam ne sera pas seul. D’un côté, Maud Moser, la rencontre improbable du jour précédent, va retrouver Myriam à Braunwald vers 18h. Florent va également rejoindre Myriam dans la soirée à Braunwald pour la grande étape de demain.

Du côté logistique, tout se passe bien. Il va falloir dans la prochaine heure préparer de quoi requinquer la cheville de Myriam, du moins protéger un maximum l’arrière du pied qui frotte beaucoup sur le haut de la chaussure. Puis sans trop tarder, je rejoins Florent Eggenschwiler à la gare de Lausanne pour le lui remettre le matériel.

De l’assistance sur mesure

Avec Myriam, il y a toute une équipe. Des amis de tout horizon, des proches et vous !

Dans le lot, Diego Pazos qui court avec Myriam sur la plus grande partie du parcours. J’ai fait sa connaissance au tout début du projet. Diego, c’est avant tout un passionné de sport. Depuis son aversion pour le trail, il a obtenu de très bons résultats comme par exemple sa 11ème place à l’ultra trail du Mont-Blanc (169km) ! N’étant pas un grand connaisseur de la discipline, je remarque qu’il a obtenu la 1ère place au trail des Paccots (27km). Retrouvez plus de détails sur http://planet-endurance.ch/diego-pazos/

10860968_326714394190823_4382152668883858728_o-1024x682

Et c’est aussi un excellent coach qui sait anticipé le niveau des défis. En tant qu’ami de Myriam, c’est quelqu’un de dévoué et de formidable qui n’hésite pas à donner de son temps et de son énergie à des projets qui le tiennent à coeur.

Hier, à la même heure, j’entamais à peine la rédaction de la nouvelle étape que Diego et Myriam était arrivé à Elm ! Alors ce matin, j’ai pris les devant pour explorer la carte. A peine assis sur le carrelage, la carte dépliée que mon assistante, Brou, a pointé ses petites pattes.

Prêtes pour aller au lit !

Après une longue journée comme celle-ci, il est temps pour tout le monde d’aller se coucher (ah non pas vous ?)

En bonus quelques images du coucher de soleil par Myriam en compagnie de Maud.

20150802_161657 20150802_200154

 

De Weisstannen à Elm

Ce matin, Myriam et Diego partaient de Weisstannen (Canton de Saint-Gall). Myriam m’a confié hier soir par sms qu’ils avaient très peu de réseau. C’est un faite, la Via Alpina, même si elle passe par quelques villes, c’est surtout des montagnes, des vallées, des alpages, des forêts, des hameaux (petit village).

Aujourd’hui, leur itinéraire emprunta le Foopass, premier Col du Parcours à 2223 mètres et déjà ils seront dans un nouveau canton, celui de Glaris. Ce matin, le temps était déjà au brouillard. J’espère pour eux qu’ils trouveront le bon chemin car dans les alpages, les chemins créés par les vaches ont la facheuses tendances à laisser présager beaucoup d’alternatives.

Prochaines nouvelles en fin de journée. Sous la pluie de 18h ? ou avant ?

Arrivée à Elm

Deuxième journée accomplie pour Myriam et Diego. Parti ce matin, ils sont arrivés à Elm à 13h26. Quelle bonne nouvelle ! Mise à part une légère douleur au talon d’achille dû à la pression de la chaussure, Myriam tient la forme.

Aujourd’hui, oh surprise, une connaissance de trail, Kira, les a accompagné sur le parcours. Accompagné par son frère, Kira a porté le groupe à 4.

Sur le parcours, ils ont fait une belle rencontre avec Maud Moser. Partie il y a quelques jours, elle fait également la traversée de la Suisse par la Via Alpina. En mode randonnée, elle devrait atteindre Montreux dans 15 jours environ.

De Schaan à Weisstannen

Schaan, à deux pas du Lichtenstein (plus quelques centaines d’autres). Une auberge de jeunesse. Nous avons passé la nuit dans les chambres dortoirs. Diego, Myriam, Samuel et Fredrik. Il se pourrait bien que nous nous sommes heurtés à une réceptionniste peu enclein à modifier l’heure du déjeuner. 7h30 pétante !

En effet, ce matin à 7h29 la salle était vide et soudain à 7h30, pain, confiture, jambon, beurre, céréales, fromages, lait, thé, café… était à disposition. Et il était temps, déjà le soleil illumine la place avant de l’auberge. Oui, en effet, la vallée du Rhin, entourée de montagnes, ne laissent percevoir le soleil qu’en milieu de matinée.

Et c’est ainsi que sacs sur le dos, Myriam et Diego partent joyeusement vers Weisstannen où ils sont arrivés à 17h.

Diego Pazos a immortalisé quelques instants sur le chemin de cette première journée.

glou glou2 glou3 glou4 glou5 20150731_142432glou6

L’arrivée à Weisstannen, c’était ça !

En route pour Vaduz

En voiture s’il-vous-plaît ! Nous venons de prendre le train pour Schaan près de Vaduz. Nous y dormirons ce soir avant le grand départ. Par les fenêtres le paysage défile. Les champs, les villages, les villes. Petit à petit nous traversons la Suisse romande puis la Suisse allemande. En même temps que le décor défile, on perd aussi nos repères, ceux auxquelles nous sommes tant attachés chez soi.

web4web22

Le plein d’énergie !

A deux jours du départ, nous nous rendons à Planet Endurance pour faire le plein de concentré d’énergie pour les 12 journées à venir. Les repas de chaque journée sont précisemment programmée. Les deux repas complets et chauds seront le petit déjeuner et le souper. Pendant la journée, il s’agira de grignoter afin de garder le niveau d’énergie au meilleur niveau. Nous avons préféré des barres énergétiques bio, un peu plus cher mais avec bien moins de composants douteux et surtout préparé et séché naturellement. Il faut savoir aussi que certaines produits sont séchés chimiquement et des résidus peuvent demeurer dans les aliments.

 

Réflexions avant la Via Alpina

Vous êtes sans doute en train de vous dire que je me suis (encore!) engagée dans un défi de fou, dans un de ses rêves dont on ne connaît pas très bien l’issue, qui nous attire par l’aventure et l’incertitude qu’il porte en lui. Peut-être parce que c’est justement ces émotions qu’il véhicule qui en font un voyage qui m’attire tellement, loin de la routine et du mode de fonctionnement de notre société que je ne supporte plus.

Lire la suite

Made with Love - Copyright © 2015-2021 Myriam