Opérations

Etape 15: quand la vie dépend d’un caca

Les anesthésistes sont drôles et très sympa. Je me sens tout de suite très à l’aise, on fait plein de blagues, on rigole comme des gamins. J’ai de la chance de toujours tomber sur de gens incroyables.

L’un d’eux me parle des risques:

L’opération sera plus risquée que la première.

-D’accord, mais pourquoi?

-T’as été à selle aujourd’hui?

-euh… non

-ça aurait pu couper le retour veineux, en créant une dépression autour de ton cœur à la poussée

-Couper le retour veineux?

-Le sang qui n’arrive plus à aller jusqu’au cœur… pour cette opération on craint que ça arrive.

-Oups… bon ok…

Je suis fatiguée et habituée à ce milieu, sur le moment ça ne m’impressionne pas plus que ça. Je sens que j’ai encore plein de ressources pour cette épreuve. J’arrive au bloc opératoire, encore quelques réglages à faire, on me met le masque, l’un me pose la main sur la tête, un autre sur ma jambe et par quelques phrases toutes calmes ils m’apaisent.

Je m’endors, confiante.

Photo: en route pour le bloc opératoire

Opération epanchement pericardique

Made with Love - Copyright © 2015-2021 Myriam